Avant, c’était tout droit !

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?
Telle est la question que l’on peut se poser en contemplant les nombreux chantiers qui encombrent nos routes et nos avenues. Il n’est pas une semaine sans que l’on ne voie surgir le long de nos trajets une chicane, une bosse, un rond-point dont on cherche l’utilité… Nombre d’obstacles qui, il y a un demi-siècle auraient été enlevés d’urgence pour danger sur la voie publique.

Un acharnement à l’encontre des voitures qui circulent ? Pas seulement. Les aménagements s’en prennent aussi à celles qui voudraient bien ne pas circuler et pouvoir se garer quelque part.
Mais non. Ce n’est pas l’objet de ces nouveaux dispositifs qui rendent décidément l’opération problématique. S’il suffisait seulement de payer, payer encore les trop rares emplacements… Mais bien des avenues peuvent être parcourues longtemps avant qu’une place providentielle n’apparaisse. Portes de garage, évidemment, mais un lampadaire, un bac de béton avec des plantes sommairement entretenues, un arbuste, un bac de béton encore, des blocs de ciment, des plots en acier, et une porte de garage, et le cycle recommence. Que d’efforts déployés pour chasser de la rue ces vilaines voitures…

Vilaines voitures ?
Pourtant, ces bagnoles dont on semble ne plus vouloir dans les villes sont partout sur nos écrans dès que la télévision s’allume. Payez tant par mois et vous accomplirez vos rêves dans un véhicule propre et tout équipé ! Avec un moteur surpuissant qui vous emmènera gaiement sur nos routes… à 80 Km par heure ! Cherchez l’erreur…

Mais ne cherchez plus, c’est la doctrine.
La doctrine, c’est bien, cela dispense de toute réflexion. Chercher la pertinence de ce qu’il convient de décider est un exercice devenu tout à fait superflu pour nos décideurs qui n’ont plus qu’à appliquer avec zèle les tendances du moment. On n’a jamais tort tant que l’on fait comme les autres…

Constat de départ : certains usagers conduisent comme des tarés. La conduite de ces caractériels de la route étant ce qu’elle est, il faut empêcher toutes les voitures de circuler dans de bonnes conditions. Les idées fusent et donnent lieu à surenchères. Avait-on des lignes droites avec passages protégés ? C’était trop facile.

Mise en danger de la vie d’autrui
La doctrine en vient à réintroduire des dangers, notamment quand des priorités à droite sont réintroduites, parfois dans des carrefours à mauvaise visibilité – ce qui à tout prendre confine à un acte criminel – tout en sachant que ce mauvais principe n’a que des inconvénients. Dès que la circulation se densifie, il est auto-bloquant car une voiture qui peut vous couper la voie ne peut pas forcément s’introduire dans le trafic. En ville, le champ de visibilité à droite est plus réduit que vers la gauche, et la distance de réaction est plus faible. De plus, avec la forte pratique des ronds-points, les réflexes des automobilistes conduisent à regarder plus facilement sur la gauche.

Malgré d’énormes dépenses, et une gêne insupportable, les tarés roulent toujours…
Simple constat et j’arrête.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s